#FOAMed

L’art de la Presentation (ou comment ne pas endormir son public)

Un grand merci à Ross FisherSt. Emlyn’s, Natalie May, et Scott Weingart pour l’inspiration,  ainsi qu’à Rembrandt (1606 – ✝ 1669 ✝) pour son illustration (au passage: peinture visible au Mauritshuis à La Haye (Pays-Bas), musée qui vaut réellement le détour – aucun affiliation).


Les Congres – un réel plaisir que de se retrouver entre collègues, dans des lieux (parfois) incroyable, à écouter des confrères et consœurs exposer leurs idées, leurs expériences, leurs conseils, et les nouveautés de la médecine. Sortant de 3 jours passé au bord du Léman à Lausanne, au Congrès de la Société Suisse de Médecine Interne, une chose est frappante : certains d’entre nous sommes un peu rouillé. Nous ne pouvons que dire du bien de l’organisation, avec certaines présentations atteignant le summum de notre attention (cf. Prof. Aujesky ou encore la présentation sur le système de Santé américain), mais certains des orateurs ont eu du mal à capter l’attention du public, à engager le public, à stimuler le public…). Du coup, au lieu de se concentrer sur de nouveaux articles, nous avons pensé qu’il serait judicieux pour nous de revoir comment optimiser une présentation orale, et avons voulu partager avec vous les notes de notre session brainstorming. A bon entendeur : préparer une présentation de 30 min correspond à environ 6 heures de travail intensif + 1 heure de retravail plus tard!

La préparation

  1. Choisir son thème
  2. Choisir son message : pour cette étape, rien ne vaut un bon bloc note, et une session brainstorming. Pour chaque thème, il est judicieux de se créer un dossier, et une liste de bibliographie (NB : régulièrement lorsque je vois un thème d’intérêt, je crée un petit dossier sur un stockage cloud avec les études relevantes, etc.… comme ça si on me demande au dernier moment de présenter un thème, j’ai toujours ma petite réserve)
  3. Choisir une structure : vais-je créer une présentation standard, ou plutôt utiliser le format quizz ? ai-je intérêt à y intégrer du multimédia au risque de perdre l’attention de mon public ?
  4. Le fond : après la forme, le fond. Quel sont les points important. C’est maintenant qu’il faut rédiger l’ensemble de son travail. Rédiger ? Ai-je bien entendu/lu ? Effectivement, en rédigeant, vous aurez déjà un premier aperçu de ce que vous savez mais également de ce que vous comprenez et comment vous vous exprimer. Regardez ce site par exemple : chaque thème constitue des heures de travail (sic « aie mes mollets enflent ») et le travail d’écriture permet de voir ce que l’auteur du post a compris. Bref, pour votre présentation, il est important de rédiger votre présentation, et un format idéal est ne point par point. Ne pensez pas slide par slide, mais au point par point.
  5. Intégrer le fond a la forme : less is better ! fini le texte, tableau, roman… il faut desormais integrer vos message cles sous forme de courte phrase. Les puristes diront « aux oubliettes les abréviations » – et bien c’est pour cela qu’on les surnomme les puristes : vous pouvez sans problèmes garder les plus communes (BPCO, OAP, AINS…) mais dégagez les plus longues ou complexe (CHPACD, SAVACP, etc.). Et lorsqu’un tableau s’avère nécessaire, essayer d’en refaire un avec les éléments important ou coupez celui de la littérature pour ne mettre que les points important. Votre audience doit pouvoir lire le tout à >10m).
  6. L’heure au multimédia : commencez par intégré des images/GIF/vidéos aux moments clés de votre présentation – rien de tel que de conclure un point par une image forte (« a picture is worth a thousand words »). Certains d’entre nous préfère diviser les slides en texte/images, c. a. d. un slide ne peut comporter un mélange texte/images, ce qui a pour effet de conserver l’attention des gens sur les slides avec paroles, et laisse l’imagination divaguer lors de slide image. Il en va de soi des lors que les points importants ne seront pas présente lors des « slide image » mais qu’au contraire l’image permettra d’illustrer le point important discuter dans la slide précédente

La répétition et le retravail

  1. 1er Répétition avec chronométrage : très important, cela permet de voir combien de temps la présentation met. Suite à cette première tentative, à moins d’avoir plus de 30 min de présentation (jamais une bonne idée – rappelons-nous que l’être humain est attentif pour les 20 premières minutes au grand maximum), un bon conseil est de viser les 2/3 du temps (vous arriverez toujours à vos 30 min initiales lors de la présentation, avec les questions, etc.). Repartez donc au « drawing board ».
  2. La coupe : comme tout bon directeur artistique, une grande partie de votre travail consiste en réalité à retravailler ce que vous avez initialement produit. Vous avez la forme, vous connaissez le fond, il s’agit maintenant d’aller couper le superflu. N’oubliez pas : vous serez admiré par votre talent à aller droit au but, alors : « CUT THE BULLSHIT »
  3. 2e Répétition, 3e Répétition voir 4e Répétition : devant un miroir (à l’ancienne) ou de préférence filme avec son téléphone, cela vous permettra de voir votre langage corporel mais également d’identifie ses hésitations, ses lacunes, etc. on est toujours sa meilleure critique.

La finalisation

  1. Un PDF : dépendant de votre hôpital ou lieu de travail, si vous en avez la possibilité, imprimez un aperçu des slides. Ici encore, pas de bouquin, une copie simple recto-verso avec 6 slides par cote suffira. Ceci permettra au public de suivre et d’annoter en temps réel le message important sans trop. Si vous n’avez pas de PDF, un simple email le matin avant la présentation devrait suffire.
  2. Dernière répétition avec le PDF en main : cela permettra de déterminer si votre PDF suffit, et si vous êtes dans le temps
  3. Sauvegarde en format Powerpoint, Mac et autre si nécessaire. Familiarisez-vous avec le système de votre lieu de présentation avant d’arriver (si lors d’un congrès, un simple email « quel format de présentation » devrait suffire – à noter plusieurs congres intègrent ces informations dans votre email de confirmation/sur leur site).

La présentation

C’est à vous de jouer. Bonne chance.


Après la présentation

Vous aurez surement des commentaires, remarques, questions…. C’est le moment de les intégrer à votre présentation pour le futur. Une fois le post-présentation edit fait, assurez-vous de sauvegarder le tout avec vos images/études/etc. dans votre dossier du cloud, afin d’y avoir un accès rapide plus tard. Qui sais, on vous redemandera peut-être de représenter ce sujet ultérieurement.


Multimédia – quelques sources :

 

Quelques videos interessante sur le sujet:


Bibliographie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s